Retour vers le futur

*Je m’éveillai en sursaut et rejetai aussitôt en bas du lit les draps qui me couvraient. Haletante, couverte de sueur, les mains tremblantes. La porte de ma chambre s’ouvrit à la volée, laissant la lumière de l’aube pénétrer dans la pièce, suivie aussitôt de Karine, ma femme de chambre.*

- Allez-vous bien Maîtresse ? J’ai entendu crier…

*Dit-elle avant d’allumer la lumière. Je me protégeai les yeux en les frottant de mes poings, et frissonnai doucement.*

- Rien de grave, Karine, un simple mauvais rêve.

*Répondis-je en me levant doucement. Je pris Karine par le bras, et nous nous rendîmes à la cuisine. La petite bonne s’attela à faire chauffer de l’eau pour le thé, et je lui racontai mon rêve en détail, comme j’en avais l’habitude, presque tous les matins.

Je rêvais tous les soirs d’évènements qui survenaient sur Althian, le monde des Humains. Et ce talent avait été découvert dès mon plus jeune âge en mettant mes rêves et des rapports espions en corrélation. J’étais, depuis toute jeune, au service de Sa Majesté Impériale, la Séraphine Selvaria. Celle-ci ne m’avait guère porté attention jusqu’à peu. Elle était un jour arrivée sans prévenir et avait exigé que je lui raconte mes rêves les plus récents. Depuis, elle venait me rendre visite tous les deux jours, sans raison apparente.

Ce matin là, j’avais du mal à mettre de l’ordre dans mes idées. Aussi mon histoire fût décousue, et je marquais de nombreuses pauses pour me remémorer certains évènements. Mon cauchemar avait commencé par l’arrive sur Althian d’hordes d’Anges et de Démons, puis de monstrueuses batailles étaient survenues. J’avais vu l’Impératrice – alors vêtue d’un simple uniforme d’officier – se faire abattre par une angelle aux cheveux bleus au beau milieu d’une mêlée. Puis un Ange étrange avait fait son apparition, vêtu en tout et pour tout d’un caleçon bleu fluo et d’un casque de guerrier. A ses côtés, un gros bonhomme tenait des propos incohérents avec une chaussure tandis qu’une fillette d’à peine 12 ans tentait d’avaler un sandwich plus long que son avant-bras.

Les scènes de ce genre s’étaient succédées : une peluche parlante qui copulait avec un chapeau, un Abyssal démoniaque qui faisait du ski sur les cimes de Célestia, un manchot qui récitait des saintes écritures tout en combattant, un homme constamment surélevé d’un nuage pluvieux, un bonhomme de neige qui mangeait des enfants… bref. Que des scènes sans queue ni tête. Sans parler du pire car, tout à coup, le monde avait fondu comme un vieux morceau de plastic dans l’âtre, transformant les êtres en sucreries, les étendues d’eau en chocolat chaud, le monde en une gigantesque tarte sucrée. Eh puis… plus rien.*

- Plus rien ? S’étonna Karine.
- Plus rien, dis-je.
- Vous ne devriez pas en parler à l’Impératrice, me suggéra la bonne d’un air soucieux. Elle vous accuserait de lui cacher la vérité.
- Mais, si je ne lui raconte rien… Elle saura. Elle saura que, depuis deux jours, je ne parviens plus à voir dans l’autre monde… Et elle me tuera.
- Allons allons, il n’y a aucune raison que cela arrive. Vos rêves reviendront, et tout ira bien.
- Je ne sais pas, répondis-je.

*Depuis quelques jours, j’avais l’impression que mon sommeil se brouillait d’ondes inconnues. Et cela m’effrayait plus que la visite prochaine de ma Reine.*

    • mimi
    • 1 février 2013 11:15

    des bonhommes de neiges sur althian…ummmh interessant :)

  1. Aucun trackback pour l'instant