Et pendant ce temps, à Ciféris…

*Le démon grogna, tournant et retournant l’objet entre ses mains d’un air d’incompréhension totale. Il tenta de se l’enfiler dans l’oreille, pour voir, mais ce ne fût pas concluant. Il posa l’objet sur son bureau, et se rejeta contre le dossier de son fauteuil, pensif. Derrière lui, un diablotin attisait l’âtre en flatulant, le visage rougit par l’effort.

Le démon resta plusieurs minutes à observer l’objet. Une sorte de carré de métal et de plastic terminé par deux pointes courbées, avec un bouton sur le dessus. Bouton que le démon n’avait jusqu’alors pas remarqué. Il se pencha sur l’artefact et plissa les yeux. D’un index circonspect, il appuya sur le bouton. L’objet émit un sifflement et se mit à vibrer, alors qu’un arc électrique se formait entre les deux pointes courbées.

Le démon eût une expression ravie. Il s’empara de l’objet de la main droite, et du diablotin-péteur de l’autre, qu’il secoua comme un vieux sac de pommes de terre avant de lui appliquer l’objet sur la nuque, et d’appuyer sur le bouton.

Le diablotin fût aussitôt prit de convulsions et poussa des cris de douleurs inarticulés jusqu’à-ce que l’engin cesse d’émettre son arc électrique. Le démon balança son cobaye et sortit de la pièce en coup de vent.*

- C’est quoi ce truc, comment ça marche ?

*S’exclama-t-il en pénétrant dans une pièce attenante, sombre, qui sentait la sueur, le renfermé, le sang et les déjections. Dans un coin de la pièce, un homme était solidement attaché sur une chaise. Il semblait en piteux état, sa blouse blanche était lacérée, et ses lunettes pendaient lamentablement sur son nez. Il accueillit le démon avec un rictus qui se voulait amusé, mais dans lequel transparaissait toute sa souffrance. Il était là depuis des jours. Il avait faim, il avait mal, il voulait mourir mais ses tortionnaires l’en empêchaient.

Pour toute réponse, il voulu cracher au visage de son bourreau, mais il ne parvint qu’à expulser un filet de bave qui lui coula le long du menton. Le démon le frappa avec violence.*

- Notre Saigneur veut en savoir plus sur cette technologie que vous avez, vous, les cafards. Alors tu vas m’en parler de ton plein gré, même si je dois te bourrer la gueule de grosses baffes, pigé trouduc ?

*L’humain frissonna de la tête aux pieds. Pourquoi cet intérêt soudain des Démons pour la technologie Humaine ?*

    • mimi
    • 30 janvier 2013 9:00

    first ! :)

  1. Aucun trackback pour l'instant