Hall of Fame : Deyron

Deyron

Ce numéro de notre série d’articles « Hall of Fame » est un peu particulier, puisqu’il consiste en une auto-interview de votre dévoué serviteur himself.

Découvrons donc ce qu’il a dans la tête, et en avant la musique.

L’interview

Bonjour, tout d’abord qui es tu et que fais tu dans la vie ?

Bonjour, je suis Deyron.

Côté pile je suis un Seigneur Démon à mi chemin entre Jaque Chirac et Machiavel doté d’une très sérieuse capacité à lever le coude, côté face je suis le Project Founder du jeu EWO.
Dans une dimension parallèle je suis aussi un jeune ingénieur d’un peu plus d’un quart de siècle, actuellement occupé à s’auto-interviewer. En dépit de cette manifestation de schizophrénie je suis généralement assez sympa et je ne découpe en morceaux que les gens qui ne lisent pas les manuels ou qui discutent dans les salles de cinéma.

Ta couleur préférée ?

J’aurais aimé répondre l’octarine, cependant je suis une buse en matière de couleurs. Je vais donc répondre le bleu.

Ton morceau de musique préféré ?

Rétrospectivement je me demande ce qui m’a poussé à inclure dans cet interview une question à laquelle je savais pertinemment ne pas être capable de répondre. Il s’agit probablement d’un relent de masochisme caché. Comme je me laisse la possibilité de tricher je vais répondre Like a Rolling Stone de Bob Dylan, ainsi que Babe I’m Gonna Leave You de Led Zeppelin.

Ta consommation d’alcool hebdomadaire ?

TROP !

Retournons à des questions plus sérieuses, depuis combien de temps es tu sur le projet et qu’est ce qui t’as amené à y participer ?

Eh bien, ça remonte à longtemps…

Vous pouvez commencer à tamiser les lumières et à mettre la musique d’ambiance, Tonton Deyron va vous raconter une histoire de l’ancien temps.

C’était en 2004, j’étais animateur sur un jeu en web qui avait connu des jours meilleurs. A l’époque je faisais un peu la potiche et j’avais une idée entêtante qui me traînait dans la tête. Cette idée me soufflait « il manque un jeu où on puisse jouer et faire du rp juste pour s’amuser, sans considérations financières ou de respect d’un background barbant : juste pour le fun, comme dans l’ancien temps ». L’idée m’est restée dans la tête jusqu’au moment où j’ai pris conscience que c’était véritablement réalisable. Ni une ni deux, j’ai rameuté le gros de mes contacts de l’époque et je leur ai proposé de me suivre dans la création d’un nouveau jeu web centré autour des valeurs fondamentales suivantes : être simple, open source, gratuit, et surtout fun.

Sur le moment je n’avais même pas encore de nom pour le jeu, il ne s’agissait que d’une volonté de retrouver un plaisir qui s’était évaporé. A ma grande surprise de très nombreuses personnes ont répondu favorablement, parmis lesquelles on retrouve aujourd’hui encore plusieurs membres de la Core Team EWO (Kazuya, Aigle) ainsi que des membres de la vieille garde qui ne nous ont jamais abandonné (G-lo, Mika, Rewo…). Nous avons pris quelques temps pour creuser le background et les règles, puis nous nous sommes lancés dans le code du jeu… sans revenir sur tous les rebondissements du projet il suffit de rappeler qu’il a fallu attendre 2010 pour que sorte la bêta jouable. Ce fossé temporel aide à réaliser à quel point l’affaire n’a pas été simple.

Entre temps, en 2007, j’ai laissé mon poste de Project Leader à Kazuya (bientôt son tour de passer sur le gril de l’interview viendra pour lui aussi). Entre mes études et l’usure  il n’était clairement pas possible que je mène le projet de front. Tel une sombre créature je me retirais dans un sommeil millénaire, me contentant de gueuler quand de trop grosses conneries parvenaient jusqu’à mes oreilles (« non, on ne foutra pas de Java sur le serveur ! »).

Survint enfin 2010 et la bêta, ce qui me poussa à sortir de mon sommeil et à me retrousser un peu les manches. Le reste de l’histoire est encore à venir.

Quel est ton rôle dans le projet EWO ? En quoi consiste t-il exactement ?

Si on met entre parenthèse mon rôle de Project Founder / Relique, je suis également l’administrateur du serveur de jeu et de tous les services associés. Cela consiste principalement à prendre et à mettre en oeuvre les décisions techniques permettant au serveur de fournir les services sans lesquels le jeu serait inexploitable (serveur web, bases de données…), à prévoir les outils permettant aux membres de la Core Team de gérer le jeu et à maintenir l’ensemble tout en prenant en compte les impératifs de performances et de sécurité. Ce rôle est fortement lié à celui de conseiller technique que j’exerce auprès des développeurs (et ce généralement qu’ils le veuillent ou non).

N’étant jamais à court de casquettes je suis également le rédacteur principal de ce blog (notamment depuis une certaine affaire thaïlandaise), ainsi que le soutien financier du projet depuis sa création.

Qu’est ce qui, selon toi, rend EWO intéressant ?

Le fun.
Si je ne devais ramener EWO qu’à un seul concept ce serait celui là : La joie sauvage de faire un rp délirant et totalement improvisé avec une bande d’amis et d’inconnus mêlés. Pousser sa case sur le damier on s’en lasse, mais de ça jamais !
En définitive je n’ai lancé ce projet que pour ça, et tant que des joueurs y trouveront du fun alors mon objectif de départ aura été atteint.

Des plans pour le futur ?

Dans l’immédiat me créer une ferme de serveurs automatisés à base de FreeBSD, Capistrano et Puppet tout en me lisant Un Vampire Ordinaire de Suzy McKee Charnas. Sinon pour le reste j’avise en fonction de ce qui se présente à ma porte.

Une dernière question pour la route, que penses tu des orang-outan ?

Oook, Oook !

    • Crowley
    • 26 août 2010 3:40

    Eeek \o/

    • Aigle
    • 28 août 2010 9:29

    Juste pour préciser, je suis arrivé sur le projet quelques jours plus tard qu’annoncé dans ce billet, Kazuya et les autres avait déjà fait une grande partie du boulot, je suis venu vous rejoindre parce que j’avais entendu parlé que le projet cherché des programmeurs et que j’avais deja programmé le Demange world Map DWM comme Jhon conore lutant contre l’oppression de Skynet !

  1. Aucun trackback pour l'instant